Une année numérique

Digital Design: Light PaintingL’année qui vient de s’écouler aura été celle de la naissance de la médiation numérique, concrétisée notamment par les assises de la médiation numérique à Ajaccio mais aussi par les rencontres d’Autrans en début de ce mois de janvier. Si les avis divergent sur la définition de la médiation numérique, il y a cependant consensus pour affirmer que l’éducation aux outils et enjeux du numérique est une priorité.

Une démarche de territoire

J’entends par « médiation numérique », les processus ou dispositifs qui utilisent le numérique comme outil ou levier. Le numérique n’est, à mon sens, pas une fin en soit mais un moyen. Le rôle du médiateur numérique est de proposer les outils numériques qui vont permettre à un projet de mieux se réaliser. Le numérique devrait être inscrit de fait dans tous les projets de l’action sociale. L’utilisation des outils numériques impliquent des compétences techniques d’une part, mais aussi et surtout une nouvelle approche dans la méthodologie de travail. Le médiateur numérique est celui qui s’inscrit dans cette démarche d’intelligence collective en apportant un outil dont la transversalité va favoriser le travail en réseau. Il est ainsi le trait d’union entre les différents acteurs d’un projet et utilise le numérique dans le but de bonifier le projet. C’est ainsi que je définirais le rôle du médiateur numérique en paraphrasant l’étymologie du terme.

Un outil de cohésion sociale

Le numérique est omniprésent dans notre société. A titre d’exemple nous avons échangés plus d’un milliard de sms dans la nuit du 31 décembre ! Ne pas se servir du numérique c’est être en marge de la société. C’est pour cela que le médiateur numérique, agent de cohésion sociale, doit focaliser son attention sur les publics éloignés.Le défi du médiateur est d’accompagner la société dans sa mutation. La « révolution numérique » est à mon sens la manifestation de cette évolution.

Un défi de société

La médiation numérique ne semble être qu’une affaire de professionnels. Les propositions des candidats à l’élection présidentielle font peu référence à cette préoccupation. Le numérique est avant tout abordé sous l’aspect économique. Les instances représentatives nationales, comme le Conseil National du Numérique, n’intègrent pas de représentants de la médiation numérique. Pour autant l’éducation aux usages du numérique est incluse dans les propositions (programmes ?) des principaux candidats à l’élection présidentielle, mais son approche est souvent réduite  l’aspect scolaire de la chose.

Vœu numérique

En cette période propice aux vœux, je formule le souhait que la médiation numérique puisse devenir une préoccupation majeure de nos élus. En tant qu’acteurs du monde du numérique, nous disposons de l’intelligence collective pour nous faire entendre. Il nous reste à trouver les moyens pour y parvenir. Gageons que le livre blanc sur la médiation numérique pourra être la base de notre manifeste.

Share Button