La génération Z à l’école numérique

7770588647_depuis-dix-ans-la-ville-d-elancourt-a-investi-pres-de-deux-millions-d-euros-pour-mettre-ses-ecoles-a-l-heure-du-numeriqueDans quelques heures c’est la rentrée des classes et on va nous parler de l’école numérique. Nous en parler c’est une évidence, mais la faire c’est une autre histoire. Et comme pour joindre le geste à la parole, notre ministre de l’Education Nationale demande à ce que l’application Pokémon Go soit bridée : « J’ai demandé un rendez-vous avec Niantic pour qu’il n’y ait pas de Pokémon rares dans les établissements scolaires », a répondu Najat Vallaud-Belkacem, interrogée au sujet de Pokémon Go, le jeu vidéo qui fait fureur, lors de sa conférence de presse pour la rentrée 2016 invoquant le risque sécuritaire.

Internet ; terra incognita

Je suis intervenu dans de nombreux établissements scolaires au sujet des usages numériques et j’ai encore des enfants scolarisés de la maternelle au collège. Je n’ai croisé que très peu de personnels enseignants qui savaient ce qu’était Internet et encore moins ce qu’en faisait leurs élèves. La connaissance du sujet est en général biaisée par un reportage anxiogène du Journal Télévisé. Une ado qui se suicide en direct sur Periscope devient : Periscope est l’application pour les jeunes qui ont des tendances suicidaires ou les ados se suicident à cause de Periscope. En septembre, je m’attends à des reportages du type ils se battent en cours de récréation pour un Pokemon rare. Notez que pus rarement ce JT évoquera l’effet positif de l’application sur les autistes.

Derrière les usages « blockbusters » il y a une multitude d’autres usages parfois insoupçonnés. Booktubing, fanfiction, minecraft, photo, blogs et aussi administration de forum, gestion de serveurs, community management…Je me rappelle par exemple de cet élève « en difficulté » qui gère un blog sur les mangas et qui attire plus d’un millier de visites par mois 🙂 Du collège à la terminale personne n’en a jamais rien su, ou jamais rien fait..Évidemment en bloquant Skyblog, Facebook, Ask et les autres dans les établissements scolaires, on ne risquait pas de s’en rendre compte …

Vielles recettes et nouvelles technologies

Sur ma ville il y a 300 enseignants de maternelle et de primaire. L’arrivée du codage informatique et de la programmation de robots doit parler à environ 30 d’entre eux. Sur l’année ils seront à peine une dizaine à introduire ces nouveaux items dans leur pédagogie. La faute à un manque de moyens surtout au niveau de la formation ! Sur l’ensemble de la circonscription il y a la moitié d’un poste dédié au numérique sur les 50 écoles. Avec la meilleure volonté du monde, il ne peut même pas dédier une semaine par école. Il doit tout autant s’occuper des aspects techniques (déploiement de solution matérielles) que des solutions pédagogiques (et notamment la formation des enseignants). La formation peut tout aussi bien concerner la programmation que l’art d’utiliser la commande CCI dans un mail (de gros besoins repérés dans ce domaine). Si on rajoute à l’éducation formelle le champ de l’éducation informelle, on se retrouve dans un imbroglio sans nom. De la maternelle au lycée, un même enfant va sur ce temps hors scolaire être (dé)formé par au moins trois institutions différentes.Rarement on va lui parler de ce qu’il peut faire avec le numérique mais plus souvent de ce qu’il n’a pas le droit de faire. Ces formations seront pensées « sur mesure » d’après des commandes passées par des personnes nourries au JT anxiogène

Espaces de pratiques numériques.

Le numérique s’apprend en faisant. Les Espaces Publics Numériques ont déployé depuis vingt ans cette pédagogie du faire adaptée aux usages numériques. Certains se sont transformés en Fab Lab, d’autres ont investi le champ du jeu vidéo, de la bidouille électronique, de la robotique ou encore de la vidéo. Les médiateurs numériques ont conscience des enjeux liés à la littératie numérique, ils peuvent évoquer l’identité numérique, les données personnelles, ou la gestion de l’infobésité. Ils ont l’habitude de s’adresser aux jeunes de 4 à 104 ans. Ne négligez pas cette ressource, il y aforcémment un EPN prêt de chez vous !




Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *