Etats généraux du numérique éducatif

Depuis le 24 juin, le ministère de l’éducation nationale a ouvert une plateforme collaborative pour faire émerger une vision partagée du numérique pour l’éducation. L’objectif de ces états généraux du numérique éducatif est de recueillir des avis et suggestions afin de mieux préparer l’avenir. Deux mois après son ouverture et alors que nous sommes à mi-parcours, point d’étape sur le premier des items de ses états généraux liés à la fracture numérique. Trois thèmes sont abordés dans ce chapitre : égalité, numérique et parentalité et inclusion.

Egalité

« La mise en œuvre de l’enseignement à distance a parfois révélé, voire amplifié l’accès inégal au numérique et le besoin d’accompagnement des professeurs, des élèves et des parents aux usages du numérique pédagogique ».L’enjeu donc de ce chapitre est de savoir comment garantir que chaque famille ait accès à des conditions matérielles satisfaisantes. La première inégalité en la matière est liée au réseau. La 4G n’est pas accessible sur l’ensemble du territoire. Dans les zones blanches, la 4G sera disponible partout d’ici fin 2022, dont 75% en fin d’année 2020.
Au delà du réseau, la dotation individuelles est l’autre facteur d’inégalité. En premier lieu, on pourrait équiper les familles en matériel en particulier en reconditionnant le matériel des parcs informatiques des grandes entreprises . S’il peut être assez simple de récupérer des ordinateurs, c’est un peu plus compliqué pour les imprimantes et scanners en particulier. La question du financement du forfait internet des familles les plus modestes reste entière.

Une autre piste consiste à mettre en place des zones de co-apprentissage ouverts à la fois aux adultes et aux enfants. L’objectif est de créer un espace propice à l’apprentissage des enfants. Ce n’est pas toujours le cas dans un 50 m2 avec un ordinateur partagé entre les enfants et les parents. Des personnels qualifiés et spécifiquement formés aux usages pédagogiques du numérique animeraient ces espaces. Enfin, il faut ouvrir ces lieux à tous et non uniquement aux élèves en difficulté.

Environnement Numérique de Travail

D’après une étude sociologique sur « l’école à la maison » durant le confinement, 24,3 % des parents d’origine modeste jugent leur équipement et leur accès internet insuffisants (contre 17 % des familles plus aisées). Selon cette étude plus de la moitié  des gens  ne se sentent pas au niveau pour accompagner leur enfant. Pourtant,à mi-parcours cette question n’a recueilli que 10 propositions !

Le numérique peut être un outil facilitant la relation entre l’école et les parents. L’ Environnement Numérique de Travail est l’outil censé répondre à cette problématique. « L’ambition affichée par le Ministère de l’Éducation Nationale est « d’améliorer le dialogue entre la famille et l’Institution » (MEN, 2013). Or, les ENT ne permettent pas un « vrai » dialogue à double sens. Il est également apparu que les familles interrogées semblent appréhender l’usage des ENT comme un outil pour contrôler les membres de la communauté pédagogique et leurs enfants, ce qui peut générer des tensions dans une relation déjà difficile. »( Combemorel-Pauty Christelle (2013). L’utilisation des ENT par les parents : un dialogue difficile avec l’École ? )

Durant le confinement, les ENT ont montré leurs limites techniques. Certains parents mais aussi professeurs ont eu beaucoup de difficultés à se connecter aux interfaces. Par ailleurs, de nombreux professeurs ont préféré utilisé des alternatives aux espaces de travail officiels parfois même sous l’impulsion des élèves.

Bonjour madame. Se serai plus simple de faire cour sur Discord. C’est une application sur téléphone et aussi sur pc. Et nous allons déjà commencer demain avec le prof de PSE. (Vu sur Twitter)

Notons que beaucoup d’adultes ont eu des difficultés pour s’approprier l’environnement de l’ENT, ce qui souligne une fois de plus la nécessité d’accompagnement à ces outils.

Parentalité Numérique

Au-delà de l’accompagnement aux outils, nous percevons une forte demande en terme d’accompagnement aux usages. Dans les lieux de médiation numérique, nous accompagnons les parents sur des questions liées aux ondes wifi, aux effets réels ou supposés des écrans sur le sommeil par exemple. Nous sommes sollicités sur des thématiques comme « l’addiction » aux jeux vidéo ou sur les mauvaises rencontres liées à Internet. Le constat global est que les parent sont en déficit de culture numérique. Le rôle du médiateur numérique est aussi d’aider à décrypter les questions liées aux pratiques numériques des jeunes.

Dans le même temps, les lieux de médiation numérique sont également des lieux d’éducation aux médias à l’internet. Nombreux sont les médiateurs qui accompagnent les élèves du primaires au lycée dans le décryptage des fausses informations, la découverte du codage informatique ou encore des ateliers de web radio. De plus, certains médiateurs numériques accompagnent nos jeunes sur la toile : ce sont les Promeneurs du Net. Concrètement ils assurent une présence éducatives sur internet pour être à l’écoute des jeunes. Sur la toile, le promeneur du net répond à toute sorte de question, en toute discrétion : sexe, emploi, orientation, tabac, conseil pour le devoir de français, vie associative etc…

Inclusion

La thématique de l’inclusion a elle aussi recueilli 10 propositions seulement. Le ministère a identifié deux problématiques. D’une part il interroge sur les moyens permettant de lutter contre l’illectronisme. Sur ce sujet je renvoie aux questions de la mission d’information contre l’illectronisme menée par le Sénat. Pour ma part, j’ai été interrogé par cette mission et j’ai formulé quinze propositions (à retrouver dans ce billet). Parmi ces propositions, je préconise notamment la mise en place de projet éducatif numérique de territoire.

L’autre angle de cette thématique questionne sur la prise en compte des besoins spécifiques. La question de l’accompagnement des élèves handicapés (ainsi que de leurs familles sans oublier les parents) est une question fondamentale. Le numérique peut dans certains cas apporter quelques pistes de solutions. Tout doit être mis en œuvre pour que le numérique ne soit pas plus excluant pour ces publics à « besoins spécifiques ». En l’occurrence, les questions se situent d’avantage sur d’autres priorités.

Projet Éducatif Numérique de Territoire

Qui a évalué le plan proposé par Vincent PEILLON en 2013 ? Nous avons nécessairement des enseignements à en tirer. En tant que professionnel de la médiation numérique je regrette que le numérique n’ait pas permis « de dépasser les murs de l’école » pour reprendre les propos du ministre de l’éducation nationale à Ludovia.

Du reste, je ne suis pas persuadé que beaucoup de médiateurs numériques aient participé à Ludovia. Pourtant les médiateurs numériques font également de l’éducation aux médias et à l’internet. Certains d’entre eux sont mêmes détenteurs du C2i2e formateurs, leur permettant de former des professeurs par exemple. La continuité pédagogique aura mis en évidence la difficulté pour certains professeurs de se saisir des outils numériques comme outil d’apprentissage. Là encore les médiateurs numériques sont  des précieux alliés. L’objectif du projet éducatif numérique territorial est de favoriser les convergences. Les municipalités pilotent ce projet éducatif en bonne intelligence  avec les directeurs d’écoles primaires. Il associe également, les associations locales, les parents et d’autres administrations (comme la Caisse d’Allocations Familiales).

Les enfants n’ayant pas accès à internet à domicile cumulent, hélas, d’autres difficultés sociales. Pour renforcer les chances des enfants, il faut agir sur leur environnement également. Pour que cet accompagnement soit efficace, il faut qu’il soit coordonné. En matière d’accompagnement aux usages du numérique, le médiateur numérique a toute légitimité pour piloter cet accompagnement.

Ce qui est en jeu c’est la compréhension d’un numérique du quotidien.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *