Numérique En Communs, c’est le rendez-vous des acteurs de l’inclusion numérique et cette année ce rendez-vous était particulièrement attendu.

Une mobilisation historique ?

On allait voir ce qu’on allait voir ! 250 millions d’euros sont sur la table ! Précédemment le budget était de 350 000 euros. On nous a parlé d’un alignement des planètes inédit, d’une prise en compte sans précédent des questions de l’inclusion numérique. On nous a vanté les mérites de concertation avec l’ensemble des acteurs, au plus près du terrain. Dans la presse nationale le ministre rappelait encore les enjeux. « Il ne s’agit pas de savoir poster sur un réseau social ou déposer une annonce en ligne mais de comprendre le monde d’aujourd’hui »

Le plan de relance s’articule autour de trois axes :

  • 200 M€ pour 4000 conseillers numériques
  • 40 M€ pour kits de déploiement +
  • 5 M€ pour Aidants Connect

Des conseillers numériques

Les mots on un sens. Un conseiller donne des conseils. Un médiateur numérique accompagne. L’état va ainsi donc favoriser l’embauche de 4000 conseillers numériques. Ces conseillers vont tout d’abord être formés pour être déployés d’ici 2022. On ne sait pas trop qui va former ces futurs conseillers. Dans les jours suivants, les organismes de formation seront surement invités à se positionner pour encadrer ces formations. Rappelons qu’il existe déjà des formations de Conseillers Médiateurs Numériques.

Ces conseillers auront droit à un volume de formation de 350 heures. Les structures qui les recruteront seront financées à hauteur du SMIC. Les médiateurs numériques qui sont actuellement sans emploi pourront prétendre à intégrer cette formation. A l’issu de cette formation, le conseiller numérique saura :

  • « répondre et informer l’usager.
  • Présenter à l’usager les services et dispositifs disponibles.
  • Accompagner l’usager individuellement.
  • Animer un atelier thématique.
  • Rediriger l’usager vers d’autres structures.
  • Conclure des mandats avec Aidants Connect.

Le financement de ces conseillers sera assuré sur deux ans à 100%. Ce qui implique qu’il faut de suite imaginer la reconversion de ces 4 000 médiateurs numériques. Beaucoup de collectivité se questionnent déjà sur le devenir de ces emplois-jeunes dont on ne dit pas le nom. La filière n’a pas été pensée dans son ensemble. C’est un échec stratégique en terme d’inclusion numérique.

Des outils

Au-delà de ces conseillers, l’état va financer des kits d’inclusion numérique à hauteur de 40 millions d’euros Ces kits mobiles ont vocation a être déployés à la manière de la box de bibliothèques sans frontières. Un concours va être lancé pour imaginer le fond et la forme de ces kits d’inclusion numérique.

Par ailleurs 5 millions d’euros sont consacrés à la solution Aidants Connect. L’objectif est de généraliser le déploiement de cette interface. Un premier bilan de l’expérimentation est disponible. Il pose d’ores et déjà les limites de cette solution. Ainsi les services de la CAF et de Pôle Emploi ne sont pas encore compatibles avec Aidants Connect. Pour autant, l’outil s’avère particulièrement utile quand il s’agît « de faire à la place de l’usager ». A toutes fins utiles, je rappelle que la médiation numérique consiste à « faire avec » et non « à faire à la place de.

Le numérique en commun ?

Cédric O a manqué son rendez-vous. Il y a de l’argent. Il y a des mots. Mais il n’y a pas de fond, il n’y a pas de vision. Nos commerçants ont raté le virage de la digitalisation. Le terrorisme se répand dans nos banlieues grâce à Tik Tok. Les collectivités ne s’emparent pas des enjeux liés à l’OpenData. Les profs sont en attente de solution numériques éducatives. Les enjeux de souveraineté numérique, de sécurité informatique sont au cœur de nos réflexions. Les questions de culture numérique sont les questions de notre société numérique. Ce ne sont pas des conseillers niveaux bac formés en 350 heures qui vont apporter les éclairages nécessaires pour faire monter en compétence la société numérique. Ce sont des médiateurs numériques chevronnés, repérés, qui sont les hussards noirs de la république numérique. Ces médiateurs numériques de la première heure sont les grands oubliés de ces annonces. En se privant d’eux, on choisit de ne pas donner de sens à nos actions. On les écartant du débat et de la stratégie, le ministre condamne ses annonces à l’échec. Il est encore temps de s’appuyer sur notre expertise.

Share this Post

1 Comment

  1. Bjr. Très intéressant et malheureusement tellement habituel. Ayant travaillé plus de 10 comme médiatrice numérique dans un EPN parisien je me rends compte que rien ne change. Les politiques bougent mais personne n’a que faire de notre expertise, il paraît que y’a des moyens mais on répond à la précarité par des emplois fictifs non pérennes. Gardons espoir.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*