Tag Archives: B2i

De l’animateur multimédia au médiateur numérique

L’animateur multimédia

L’animateur multimédia est généralement présenté comme un pédagogue doublé d’un technicien. Ainsi sur le site du CIDJ  » activités éducatives, artistiques, ludiques, techniques, lui servent d’applications pédagogiques pour ses « élèves ». Il procède à ses activités d’enseignement, d’accompagnement individuel ou collectif en organisant des ateliers. Il conseille, explique, démontre par l’exemple et propose divers exercices d’application. Explications du fonctionnement et du maniement des outils et familiarisation des principaux usages de l’internet constituent le « plat de résistance » de son métier. L’animateur remplit aussi une activité de maintenance courante du matériel et des logiciels des postes informatiques. « 

Sortie de son contexte cette définition pourrait faire penser à celle d’un professeur en nouvelles technologies.  Si l’apprentissage des nouvelles technologies est effectivement l’une des composantes de ce métier, l’animateur multimédia n’est pas le seul professionnel à intervenir sur ce domaine.

Le médiateur numérique

Au sein d’un même territoire, de nombreux acteurs sont concernés par l’apprentissage des nouvelles technologies, en premier lieu l’éducation nationale et les organismes de formation. Cet apprentissage démarre dès le primaire par l’intermédiaire du Brevet Informatique et Internet. Le module 2 (adopter une attitude responsable) de ce B2i est souvent celui qui pose le plus de difficulté dans sa transmission, et les écoles sont nombreuses à faire appel à des intervenants extérieurs. Le profil de ces intervenants montre bien l’étendu des notions à appréhender pour bâtir une culture numérique de base. Parfois il est fait appel à la Gendarmerie (ou à la Police), parfois à des prestataires privés dépendant de grosses sociétés américaines, parfois à des associations locales, et parfois même à des animateurs multimédias.

Le rôle du médiateur numérique est de pouvoir fédérer l’ensemble de ces acteurs autour d’une définition de la culture numérique de proximité. A cet effet cette culture numérique doit s’envisager tout au long de la vie et être le reflet d’une politique locale coordonnée. C’est en ce sens, à mon avis, qu’il faut parler de médiation numérique et non d’animation multimédia.

Peut-être aurons nous le plaisir d’en débattre aux Assises de la Médiation Numérique ?

La médiation numérique au service d’un territoire

Mediation on Molecular LevelLa médiation numérique se pense au niveau d’un territoire. Elle met en lien des personnes (morales ou physiques) et des lieux de médiation. Beaucoup d’acteurs ont la volonté de faire de la médiation numérique. Le médiateur, lui a pour rôle de transformer ces essais en coup de maître.

La médiation numérique un enjeu à la portée de tous ?

La première étape du processus est de faire prendre conscience à tous que l’éducation aux usages numériques est un enjeu de société majeur. La première difficulté consiste donc à sensibiliser « tout le monde ».  Le rôle du médiateur numérique est d’être à la pointe de cette sensibilisation. En théorie, un médiateur numérique doit avoir une très bonne culture numérique.  Savoir créer un compte Twitter est à la portée de tous, manipuler un smartphone aussi; comprendre le modèle socio-économique de l’outil et les enjeux éducatifs qui y sont liés sont du domaines de la médiation numérique. Ce n’est pas en passant un clip de 2 minutes et 30 secondes sur le label pur que l’on explique ce qu’est le droit d’auteur.

La pollinisation numérique

L’erreur à ne pas commettre serait de ne se considérer ou de se faire considérer comme seul capable. L’objectif du médiateur est d’essaimer une culture numérique à l’échelle de son territoire. Pour se faire, il peut s’appuyer sur des vents portants qui lui sont favorables. L’éducation au numérique est inscrite dans les programmes scolaires.  L’éducation nationale va être naturellement le premier lieu vers lequel se tourner. Problème, l’éducation nationale c’est Fort Alamo. Heureusement si l’institution en elle même reste très hermétique, les correspondants TICE sont des personnes ressources sur lesquels s’appuyer. Ceux-ci interviennent au niveau primaire et utilisent les mêmes outils de sensibilisation que le médiateur numérique. Il semblera évident qu’on ne peut sensibiliser les enfants sans informer les parents, et pour ce public là, le médiateur numérique prend le relais du correspondant TICE. Qui dit parents, dit réseaux d’aide à l’éducation à la parentalité, dit compétence du Conseil général et/ou de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale…

Tous au numérique ?

Ils sont nombreux à s’intéresser à cette question des usages du numérique. Ils sont parents, instituteurs, infirmiers scolaires, conseillers principaux d’éducation, éducateurs spécialisés, animateurs jeunesses….Ils cherchent une personne vers qui se tourner. Cela doit être le médiateur numérique. Ils auront besoin d’un lieu dédié à cette médiation. Cela peut-être une salle de classe, un centre de loisirs, un amphithéâtre, un appartement. Leur demande est relativement simple : mieux comprendre les enjeux  liés aux usages du numérique.  Le médiateur numérique, doit au sein de son territoire, être au cœur du dispositif qui va favoriser cette dynamique.

 

Recent Entries »