femme travaillant devant son pc

Evaluer les compétences numériques

Depuis des mois , le terme « illectronisme  » est sur toutes les lèvres pour désigner les Français qui n’ont aucune compétence en numérique.  Ainsi pour ne plus être en situation « d’illectronisme« , un citoyen doit acquérir un certain nombre de ces compétences numériques. Mais de quelles compétences parle t-on exactement ? Quel est le niveau de compétence à acquérir d’en chacune d’elles. Si la stratégie d’inclusion numérique a pour objectif de permettre à ces 13 millions de Français de gagner en autonomie pour pouvoir accomplir les actes numériques primordiaux, le référentiel européen apporte un autre éclairage sur cette question essentielle.

Un socle européen de compétences numériques

Les compétences numériques sont regroupées en cinq champs dans un référentiel européen appelé « DigComp ».21 compétences sont ainsi listées . Le référentiel est particulièrement clair dans son attendu. Son objectif est d’accompagner et d’aider à amélioration des compétences digitales des citoyens. Ces dernières peuvent être définies comme les compétences obligatoires pour utiliser en toute sécurité et avec aisance les outils et moyens numériques. Ainsi tous ceux qui n’ont pas un niveau minimum dans ces compétences peuvent être considérés comme en situation d’illectronisme.

infographie 21 compétences numériques

Les niveaux de compétences

S’il est assez simple d’imaginer ce que cela signifie de n’avoir aucune compétence, il faut pour autant définir un seuil minimum de compétence. Ainsi,chacune des 21 compétences du référentiel est divisée en quatre niveaux de maîtrises : bases, intermédiaire, avancé et spécialisé. Chacun de ces quatre niveau est lui-même divisé en deux. Pour plus de clarté j’ai regroupé ces huit niveaux dans ce cadre de compétences. Chacune des 21 compétences comprend ainsi huit niveaux de maîtrise différents. Si on s’en réfère à ceux-ci les acteurs de la médiation numérique ont pour objectif de conduire leurs publics vers l’autonomie. Ceci correspond au niveau intermédiaire dans toutes les compétences. Or on s’aperçoit que l’objectif à atteindre pour sortir de l’illectronisme n’est pas clairement établi. Pour certains, il suffit d’avoir le niveau basique pour ne plus être considéré en situation d’illectronisme.

En combinant les 21 compétences et ces 8 niveaux de maîtrise, il est possible donc de fixer des objectifs pédagogiques à atteindre. Une fois les objectifs pédagogiques fixés avec clarté, il faut pouvoir évaluer son action.  C’est justement ce que propose PIXEn plus de l’évaluation PIX propose également des ressources pour améliorer son niveau de compétence numérique.

Méthode pédagogique

Nous avons un référentiel et un outil d’évaluation à notre disposition. Il serait contre-productif de vouloir réinventer l’un ou l’autre d’autant que le cadre de référence est Européen. En revanche, nous disposons de toute latitude sur la méthode pédagogique et même sur l’outil d’évaluation. Pix est un outil en ligne. Le pédagogue peut tout à fait décider d’évaluer certaines compétences en situation.

Dans nos bilans pédagogiques nous devons être en capacité de valoriser les  heures qui auront permis à un apprenant d’atteindre le niveau 3 dans 5 compétences. En appliquant  à tous les suivis que nous exerçons, nous rendrons notre travail encore bien plus visible. Cependant, il nous manque un référentiel d’évaluation adapté à la médiation numérique pour pouvoir tendre vers cet objectif.

1 réflexion sur « Evaluer les compétences numériques »

  1. Ping : Référentiels de compétences numériques – ePortFolio | JN SAINTRAPT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *