Archives par étiquette : éducation aux médias

femme codeuse

Les exclus du numérique #3/3 : Marion, la discriminée des algorithmes

 

Souvent, on imagine que le médiateur numérique n’accompagne que des personnes en difficulté. A travers les portraits de Céline et de Sabrina nous avons vu comment des situations difficiles pouvaient être rendues encore plus complexes sans accès au numérique. Le numérique agit comme un amplificateur. Les inégalités déjà existantes sont amplifiées si vous n’avez pas accès au numérique. C’est pour cela que les médiateurs numériques agissent principalement en direction des personnes déjà en difficulté. A leur manière, ils assurent une mission de cohésion sociale par le numérique. Si cet aspect du métier est très certainement, le plus tangible, le médiateur numérique n’intervient pas uniquement dans ce cadre. L’exemple de Marion nous montre que nous pouvons tous être des exclus du numérique et parfois de façon insidieuse.

Continuer la lecture

jeune sur son smartphone

Les hussards du numérique

La mission du médiateur numérique est d’accompagner les publics vers l’autonomie numérique. L’autonomie numérique peut prendre des aspects différents en fonction des publics auprès desquels intervient le médiateur numérique. La notion de démarches administratives est très souvent associée à celle d’autonomie numérique. Pourtant, il y a un public pour qui cette autonomie numérique prend une forme très différente : les jeunes.

43 % des élèves en France ont un niveau de performance faible ou très faible en littératie numérique (étude CNESCO)

De nombreux médiateurs numériques mènent des actions de littératie numérique en direction de la jeunesse. Parmi ces hussards du numérique, les promeneurs du net ont un rôle très particulier.

Les rues numériques

Les promeneurs du net arpentent les réseaux sociaux pour être au contact de la jeunesse. Il y a trente ans de cela, les éducateurs traînaient leurs baskets au pied des immeubles pour entretenir le lien social. Aujourd’hui ce sont les mêmes qui, en plus, surfent sur Tik Tok, Snapchat, Discord ou autres. Les jeunes sont dans les réseaux sociaux. Ils doivent pouvoir trouver une présence éducative « sur place ». Le rôle du promeneur du net est d’assurer cette présence éducative. Ce rôle est le plus souvent endossé par des professionnels de la jeunesse : animateurs socioculturels, conseiller mission local. La présence des professionnels est signalée. Là où il y a trente ans nous ouvrions le local jeune, on tient désormais une permanence en ligne. Je précise d’emblée que ce dispositif de présence en ligne est un dispositif qui se superpose à ceux déjà existants. le local continue d’être ouvert, bien entendu.

Echanges numériques.

La relation entre un jeune et son promeneur est basée sur la confiance. Il en a toujours été ainsi. Les échanges se font le plus souvent par messagerie instantanée. La majorité de ces échanges tournent autour de sujets très banals. Par exemple les questions tournent autour de la vie du local, des animations qui y sont prévues, notamment pendant les vacances scolaires. L’école et les devoirs font partie aussi des sujets fréquents, tout comme le sport le cinéma et les dernières tendances. En grandissant, les jeunes abordent des sujets plus sensibles liés au tabac, à la sexualité, à la politique…

Parfois ce sont les promeneurs du net qui créent le dialogue. Une vidéo sur l’homophobie publiée par le Promeneur du Net peut amener des discussions de groupe ou des échanges privés, y compris des coming out. Elle peut aussi ne produire aucun résultat immédiat.

Ecouter, accompagner

Notre jeunesse ne vit pas en dehors du monde. Elle est aussi affectée par l’actualité. Pendant le confinement, les relations sociales ont été profondément altérées, y compris (voir surtout) pour notre jeunesse. Les promeneurs du net ont été en première ligne numérique pour garder le lien. « Au début, ils trouvaient ça cool de ne pas avoir cours. Et puis au bout d’un moment, certains on commencé à s’ennuyer. Et de fil en aiguille, on a commencé à échanger sur le « monde d’après ». Entre deux quizz, un atelier top chef , une rubrique sur les séries à ne pas manquer, des échanges sur l’art et la manière de draguer en étant confiné, les promeneurs du net ont redoublé d’imagination pour maintenir le lien. Pendant toutes ces semaines ils ont incarné le « roc » de beaucoup de nos jeunes. Ils ont ancré plus profondément les jalons d’une éducation aux médias.

Éduquer aux médias.

En effet, les promeneurs du net mènent également des actions d’éducation aux médias avec les jeunes. Ils leur apprennent à décrypter l’information, à trier le vrai du faux. De part leurs statuts, les promeneurs du net sont souvent interpellés sur les sujets liés aux nouvelles technologies, au numérique en général. Beaucoup de ces médiateurs numériques identifient les questions liées à l’identité numérique comme primordiales , dès l’entrée au collège. Le traitement de l’information est très certainement le deuxième sujet important à aborder. Nous sommes tous submergés par la masse informationnelle, et il est parfois difficile pour un adulte de trier l’information. Il est fondamental d’accompagner nos jeunes à se forger un esprit critique.

Valoriser

Quelle est la dernière fois où on vous a présenté une utilisation positive du numérique par un jeune ? Pourtant sur les semaines de confinement, nos jeunes ont été productifs. Un groupe a modélisé sa ville sur Minecraft. Un autre a composé des musiques sur Garage Band . D’autres encore ont fait des challenge photos, écrit des textes, bidouillé des machines ou autres… Qui en parle ?

Hélas on préfère toujours parler de ces deux ou trois qui cachent la forêt. Fort heureusement les Promeneurs du Net sont là aussi pour accompagner ces réalisations et encourager leurs auteurs. L’adolescence est un âge ingrat. Le numérique ne change rien à cela. Il peut par contre permettre à certains de mieux trouver leur place en trouvant leurs pairs.

Urgence Numérique

Au moment où je termine cet article, la France vient d’être touchée par un attentat islamiste. Un professeur d’Histoire a été décapité. Nous sommes tous sous le coup de l’émotion. Partout en France, des médiateurs numériques vont peut être recueillir la parole de notre jeunesse sur les réseaux sociaux. Ce sont les promeneurs du net, les hussards du numérique. Ne les laissons pas seuls.

horizon

Dix ans du blog médiateur numérique

Le 31 août c’est la journée mondiale du blog. Je profite donc de cette occasion pour parler d’un blog que je connais bien : le mien. De plus cette année, j’ai franchi un cap symbolique puisque cela fait dix ans que ce blog existe. Dix ans que je me penche sur la médiation numérique. Entrer dans les coulisses de ce blog, c’est aussi poser un regard sur l’évolution de la médiation numérique à travers ces années.

Continuer la lecture

Sept conseils pour se protéger de l’épidémie de « Fake News »

Alors que le Covid19 continue de se propager, il entraîne avec lui tout un lot de fausses nouvelles. Ces nouvelles peuvent avoir un effet dévastateur sur les infrastructures informatiques d’une part. En effet certaines d’entre elles, peuvent être liées à un virus informatique. D’autre part, elles entament la crédibilité des autorités en place. Beaucoup d’entre elles fonctionnent sur un principe simple, celui de nous inviter à partager l’information. Tout comme il est primordial de respecter les gestes barrières, il est fondamental de respecter quelques règles d’hygiène numérique.

France Info nous livre 7 conseils précieux pour se protéger de cette épidémie de « fake-news ».

  • Méfiez-vous du bouche à oreille numérique
  • Ne croyez pas les arguments d’autorité
  • Maîtrisez vos émotions
  • Lisez les commentaires 
  • Ne partagez pas l’intox parce qu’elle vous le demande
  • Essayez de vérifier par vous-même si l’information est exacte
  • Consultez un spécialiste

Sur ce dernier point, vous pouvez prendre conseil auprès d’un médiateur numérique. L’éducation aux médias et à Internet, fait partie des missions assurées par beaucoup de médiateurs numériques.

Retrouvez les conseils de France Info dans cet article.

Safer Internet Day 2019

Ce 5 février c’est le Safer Internet Day, traduisez par la journée pour un internet plus sur.  Cela fait presque une quinzaine d’années que je participe à ma manière à cette journée pour un Internet plus sur. Et si la technologie a beaucoup évolué, les problématiques restent les mêmes.  On pourrait les regrouper en trois grandes thématiques : hygiène, respect et bon sens. La réponse à mettre en face reste elle aussi identique : Accompagner.

Continuer la lecture