Archives par étiquette : neutralité

Internet coupable

JusticeSans aucune forme de procès, Internet en particulier et les mondes numériques en général ont été rendus coupables d’à peu près tous les maux de la terre. Cela fait à peu près trente ans que cela dure et à écouter les dernières sorties de nos responsables politiques, cela n’est pas près d’arrêter.

Rendez-vous en terre inconnue

Quand j’entends une Ministre pointer Amazon comme responsable de la fermeture de Virgin, ou une autre vouloir bannir le sexisme de Twitter, j’ai envie de revêtir mon costume de Frédérique Lopez pour les emmener en terre inconnue, le web. Il y a quelques temps, je pensais que la méconnaissance des monde numériques pouvait être liée à un décalage générationnel, ce qui n’est pas applicable au profil de nos deux ministres. Si on ajoute à ces raisonnements simplistes d’autres raisonnements du même acabit qui assimilent les joueurs de jeux massivement en ligne à des terroristes en puissance, je me demande pourquoi nos « responsables » politiques ne vont pas jusqu’au bout des choses en supprimant Internet. A force de prétendre, que la violence est liée au jeux vidéos, que les propos homophobes sont liés à Twitter et que la mort du commerce est liée à Amazon, il est peut être temps de faire preuve de responsabilités et de faire taire internet.

Régulation

Evidemment, nul n’est question de fermer les tuyaux, mais plutôt de les réguler. Avec des approches aussi poussées que « On ne peut pas laisser passer ça », l’idée est de faire entrer dans l’esprit du plus grand nombre, qu’il est en grand temps de réguler les contenus accessibles en ligne. Les arguments les plus populistes sont utilisés pour gagner l’adhésion du citoyen au nom du principe de précaution. Réguler Internet, l’internaute sait ce que cela signifie. C’est aller à l’encontre du principe fondateur d’internet d’une part, mais c’est surtout permettre à des sociétés privées de s’ériger en censeurs de la société. Les romans de cyberpunk que je lisais dans les années 80 sont en passe de devenir réalité. Ce positionnement montre l’importance d’éduquer aux mondes numériques. Et si l’Internet possède un côté sombre (ce que je reconnais bien volontiers) , il ne faut pas oublier tout ce qui fait sa force.

Réguler le web c’est entrer dans un processus similaire que la Chine ou la Syrie pour ne citer que deux états en pointe dans ce domaine. Réguler le web, c’est réguler la société. Les médiateurs numériques ont pour mission d’éduquer aux mondes numériques, on ne mesure que rarement l’importance du rôle sociétal que nous avons. Continuons notre mission, abordons les faits de société, la société est numérique, nous en sommes les médiateurs.

De la neutralité du médiateur numérique

Pouvons-nous être neutres en tant que médiateur numérique ? A vrai dire cela me semble particulièrement difficile, voire même complètement impossible …

 

Des choix politiques.

La fonction de médiateur numérique est souvent rattachée à une volonté politique. Les espaces de médiation numériques sont des espaces d’inclusion sociale par le numérique. Ils sont à destination de publics cibles, et souvent des publics fragilisés. Permettre à tous d’avoir accès aux outils numériques et favoriser l’autonomie de chacun dans l’usage dans ses outils n’est pas « neutre ». Les ateliers d’alphabétisation numériques font partie du quotidien des espaces de médiation numériques. Les besoins existent et sont réels, les études régulières menées notamment par le Credoc, montrent que les attentes sont nombreuses dans le domaine de la formation de base aux outils et usages numériques. La demande est telle qu’il faut parfois faire des choix, choix qui sont dictés par le politique. Un espace numérique dédié à la jeunesse ou aux demandeurs d’emplois n’exclut-il pas les retraités d’une certaine manière ?

Le choix des outils

Dans le quotidien d’alphabétisation numérique (ou de lutte contre l’illectronisme pour les politiques) , le médiateur accompagne son public sur des outils. Du choix du navigateur, au choix du logiciel de traitement de texte en passant par le client de messagerie électronique, il me paraît bien compliqué de rester neutre. D’ailleurs que cela signifierait-il de rester neutre dans un choix de solutions logicielles ? Une réponse pourrait alors se porter vers le choix de solutions libres comme Mozilla Firefox ou Libre Office par exemple. Mais même en choisissant ces outils, sommes nous bien neutres ? Non.  En faisant le choix du libre, il va falloir expliquer à l’apprenant pourquoi nous ne faisons pas le choix du logiciel propriétaire qu’il connaît pourtant bien mieux (du moins de nom). En expliquant notre choix, nous démontrerons que nous ne sommes pas neutres, mais que nous agissons consciemment ou non en fonction d’idéaux.

Sauvez des chatons

Ce blog est propulsé par WordPress et son contenu est entièrement placé sous licence  Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France License. Ce n’est pas un hasard, c’est un choix. Une fois n’est pas coutume, je fais de ce choix un acte militant en invitant le lecteur à soutenir l’April, Framasoft et la Quadrature du Net par le biais du Pack Liberté.


Pack liberté, venez nous aider à redonner une bonne odeur de frais à l'Internet!