L’inclusion numérique à la relance

Ce jeudi 3 septembre le Premier ministre, Jean Castex a présenté le plan “France Relance”, une feuille de route pour la refondation économique, sociale et écologique du pays. 100 milliards d’Euros sont consacrés à ce plan de relance et sont répartis dans trois priorités : l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Sur ce plan de relance 250 millions d’euros sont dédiés à l’inclusion numérique ce qui représente un  » investissement exceptionnel pour favoriser une appropriation accélérée des nouveaux usages et services numériques par tous les Français »

La stratégie du gouvernement vise à s’adresser en particulier aux 13 millions de français éloignés du numérique. L’objectif est de multiplier partout les solutions d’accompagnement pour permettre au plus grand nombre de s’approprier les outils numériques. Il s’agira de développer des solutions d’accompagnement humains dans tous les territoires selon trois axes.

  • Des médiateurs numériques formés, proposant des ateliers d’initiation au numérique au plus proche des Français. Sur ce point on rappellera que L’État lui-même embauche des services civiques dans les préfecture ce qui ne correspond pas à la définition de « médiateur numérique formé » de mon point de vue. Ce qui amène naturellement à une autre question. Quelles sont les compétences d’un médiateur numérique formé ?
  • Des outils simples et sécurisés pour permettre aux aidants (travailleurs sociaux, agents de collectivité territoriale, etc.) de mieux accompagner les Français qui ne peuvent pas faire leurs démarches administratives seuls. Plusieurs de ces outils sont déjà en place ou en expérimentation comme « Aidants Connect » par exemple. On espère que dans le même temps les sites administratifs seront mieux pensés en amont.
  • Des lieux de proximité, en plus grand nombre, ouverts à tous. Ces lieux proposeront de nombreuses activités en lien avec le numérique et accueilleront des médiateurs formés. Ils pourront aussi proposer aux acteurs économiques locaux de mutualiser des machines et des outils pour maintenir et développer leurs activités. On retrouve dans cette description, les dispositifs tels que les maisons France Service ou encore les Tiers Lieux.

L’objectif est de former 4 millions de français . Selon France Stratégie cela pourrait représenter un gain de 1,6 milliard d’euros par an en moyenne sur cette période pour L’État et générer 1.4Mds€ de retombées en termes d’économie et de pouvoir d’achat. Dans les prochains jours, le secrétaire d’état au numérique ouvrira des concertations avec les acteurs concernés pour lancer de manière opérationnelle ce plan dès l’automne. Notons que plusieurs territoires organiseront des « Numérique en Commun » pour réfléchir justement à la manière de s’approprier le numérique sur leur territoire. Gageons que les éléments du plan de relance nourriront les débats.

2 comments

  • Je m’intéresse au métier en reconversion pro. Le bpjeps option tic que tout le monde me conseille a disparu. Personne ne semble connaître les titres pro et on ne sait pas si le Du3mi aura lieu.
    Le fablab de ma région vient de passer une annonce pour un service civique, je me demande si c’est vraiment une bonne idée de partir là dessus !!!

  • C’est bien sur le papier. Mais il faut pérenniser ce qui existe déjà et rester logique sur la durée.
    On veut des médiateurs numériques mais ils sont exclus du fond de solidarité. Pourtant on était bien présent pendant le confinement. Mais c’est pas porteur (d’après Pole Emploi).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *