Derniers clics

une main sur un clavier informatique.

J’y suis. C’est un moment inévitable. De la même manière que je me suis demandé par quel article j’allais ouvrir ce blog, je me suis questionné sur l’article qui allait mettre fin à cette aventure. J’ai ouvert ce blog le 2 août 2010 avec le nom de domaine  » médiateur numérique » . Retour sur une aventure ordinaire qui prend fin avec ce billet.

Animateur multimédia.

J’ai pris mes fonctions comme animateur multimédia en 2005. Le web est balbutiant, Youtube et Facebook sont des nouveaux nés. L’ADSL est en cours de déploiement. Nous sommes nombreux à ne pas avoir accès à Internet, qui du reste est à cette époque une terre inconnue. Je suis le seul animateur multimédia dans la ville et le collègue le plus proche est à plus d’une heure trente de route. Je me pose des questions de débutants sur l’art et la manière de mener un atelier. En parallèle, je poursuis une formation à distance qui est un véritable défi technologique. On travaille en groupe sur IRC. Dans le cadre de notre formation nous devons proposer un dispositif pour accompagner les citoyens dans les usages du numérique. Nous imaginons un système de bus itinérant avec des ordinateurs en dual boot Linux/Windows. La mission de ce bus animé par deux animateurs est d’accompagner, former et sensibiliser aux usages numériques les habitants. Quinze ans plus tard, cela me fait sourire de voir le déploiement des bus numériques France Services en action.

Dans le feu de l’action

Je suis plongé dans le feu de l’action avec une feuille blanche comme feuille de route. Mon employeur m’a affecté à cette mission parce qu’il ne savait pas quoi faire de moi. La ligne directrice est relativement simple : pas de vague. Je dois attendre trois ans pour avoir un budget dédié et mettre en place mes premières actions au nom de l’Espace Public Numérique. C’est en mai 2008 que j’organise ainsi les JEM, : les Journées Enfance et Multimédia. Les pratiques numériques des jeunes auront été tout au long de ma mission un jalon. Je suis révolté par l’approche anxiogène proposée alors que la créativité n’est jamais mise en valeur. A cette époque on vous explique que si vous jouez au jeu vidéo vous êtes un terroriste en devenir.  Je perçois un décalage entre les images toutes faites d’internet et ce que je vois moi. Ces questions me taraudent d’autant plus que concrètement j’ai parfois l’impression de n’être qu’un prof d’informatique.

Médiateur numérique

Le rôle de l’animateur est de plus en plus flou et la formation aux usages prend le relais de l’accompagnement aux outils. Dans le même temps les acteurs souhaitent sensibiliser aux enjeux. Le périmètre de l’animation multimédia évolue.

Je cherche des points de repères pour mener à bien mes missions au quotidien. L’isolement géographique fait qu’internet devient ma source d’inspiration. Je trouve très très peu de collègues qui témoignent de ce quotidien. C’est ainsi que je décide de créer ce blog.

Pour le nom de domaine, j’écarte le terme animateur multimédia qui amènent à des recherches autour de l’animation socioculturelle. Donner mon nom à un site internet me paraît surréaliste. C’est une collègue bibliothécaire qui va m’éclairer en me parlant de la mission du médiateur du livre.

C’est en lisant cette fiche métier que je suis devenu médiateur numérique.

Canal historique

Le portail de référence de l’époque fait une chronique dithyrambique en présentant mon blog.  « C’est l’un des nouveaux blogs qui fait sensation dans le secteur de l’accès public à L’internet en cette rentrée. Ce blog est très intéressant car il apporte une distanciation et un recul critique sur le métier d’animateur multimédia, ses missions et les pratiques pédagogiques liées à l’accompagnement des publics des Espaces Publics Numériques (EPN)… Des articles qui font réfléchir et se poser des questions sur la média numérique. »

Je n’avais écrit que deux articles !

Comme si cela ne suffisait pas la Ministre Axelle Lemaire lance les premières assises de la Médiation Numérique.  La requête « médiateur numérique » pointe sur mon blog et je me retrouve invité à participer à la définition de ce métier en devenir.

Derniers clics

Cela fait plusieurs années que je ne suis plus en lien direct avec les publics.Il est temps pour moi de passer la main à celles et ceux qui continuent de faire vivre au quotidien les enjeux de l’inclusion numérique. Nous n’avons pas à rougir du chemin parcouru, bien au contraire. Les défis à relever sont encore nombreux.

Merci à vous tous qui m’avez soutenu dans cette expérimentation. Le blog n’était censé vivre qu’un an.

Loïc Gervais.

(2 commentaires)

  1. Bonjour Loïc.
    Bravo pour le travail accompli, et bon vent pour la suite.
    Je partage plus ou moins ton sentiment, ou du moins ton constat, si je ne m’abuse. En tous cas, moi qui suis médiateur numérique aussi depuis 2007, (et qui suis équipé internet depuis 1997), j’ai le sentiment non seulement d’avoir fait le tour, mais surtout que les choses n’ont que très peu avancées dans ma commune (et au niveau national serais-je tenté de dire). Des assises, des réunions, des appels à projets …il y en a eu pléthore, des labels aussi, qui ont été fait, défaits, ..qui n’étaient pour certain pas à faire, mais la politique politicienne restant ce qu’elle est, et l’inclusion numérique n’étant malheureusement souvent qu’un pis aller d’élus, qu’un tremplin supplémentaire pour leur carrière, je suis assez amer, bien que fier du parcours accompli et du nombre d’usagers aidés durant ces 14 années à servir. Car si les signaux que je vois ne sont pas très encourageants, (et la crise sanitaire a bon dos), je souhaite bon courage à nos cadets pour s’emparer du relais et faire mieux, ou différemment. Nous, « anciens » les « pionniers », on va faire autre chose, ailleurs, avec des idées toujours positives néanmoins 😉

  2. Salut,
    bon, ben c’est surprenant…
    en tout cas, merci pour tout ce que tu as fait pour essayer, même réussir 🙂 de réunir les différentes parties, les différents métiers de ce qui fait pour moi le générique médiateur numérique.
    Encore merci
    Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *